Jeremy Perrodeau│Rencontre

SitePAPIER-Blog31.jpg
 

RENCONTRE

 
 

Jeremy Perrodeau a grandit à la campagne dans une petite ville près de Nantes, non loin de la mer.La maison de ses parents étaient à la lisière d'une forêt. Il est arrivé à Paris il y a une dizaine d'années pour ses études. Il a suivit une formation en design graphique, en se spécialisant sur le design typographique. Pendant longtemps, dessiner était une activité qu'il avait en parallèle de ses études et par la suite, de son travail de graphiste. Son activité aujourd'hui est partagée entre le design graphique, l'illustration et la bande dessinée, les deux dernières prenant une place de plus en plus importante dans son quotidien.

Pourquoi, et depuis quand dessines-tu ?
Petit, je dessinais beaucoup, j'adorais me lancer des projets (qui bien souvent n'aboutissait jamais). Des bandes-dessinées d'aventures, des jeux de plateaux, un projet chassait l'autre. En grandissant j'ai continué de dessiner, plus ou moins activement selon les périodes. En arrivant à Paris, j'ai découvert tout une scène autour de l'auto-édition, j'ai commencé à penser le dessin en série, en vue de petites publications. Peu à peu la narration est intervenue dans mon travail, ce qui m'a assez naturellement dirigé vers la bande dessinée. Je me rends compte que j'ai toujours envisagé le dessin dans la perspective d'un projet. Il y a toujours des phases de recherches, où tu es en roue libre, mais j'ai besoin d'avoir un objectif en ligne de mire.

Qu’est ce que tu souhaiterais que l’on retienne de ton travail ?
Je ne suis pas sur d'avoir d'avoir une réponse précise à cette question. Pour moi, il s'agit plus d'une réaction propre à chacun. Je préfère l'idée que mon travail puisse soulever quelque chose chez le lecteur lorsqu'il découvre une image ou lit une histoire. Peut-importe à mon sens la réaction, qu'il s'agisse d'une émotion ou d'un souvenir, que cela l'intrigue ou le questionne. Si cela peut continuer à lui trotter dans la tête après coup, sous n'importe quelque forme, c'est encore mieux.

De quelle oeuvre aurais-tu aimé être le créateur ?
Je ne sais pas si j'aurais aimé en être le créateur, mais en tout cas, j'ai beaucoup d'admiration pour "La planète encore" de Moebius. En quelques pages, il pose un univers et on en imagine un autre, encore plus vaste en hors champ. La lumière, le rythme, il y a une sérénité silencieuse, une sensation d'espace qui s'en dégage, c'est très fort. La découverte, le rapport au temps, à l'écologie, beaucoup de thématiques sous-jacentes, qui me touchent particulièrement.

Quels sont tes sujets de prédilection ?
Le rapport à l'environnement naturel, aux grands espaces est un sujet qui me passionne, cela m'a souvent amené à travailler autour des notions de l'exploration et du voyage. Il y a l'exotisme de la découverte, mais aussi le parcours en lui-même presque plus important. Je ne sais pas pourquoi ces thématiques particulièrement, car je ne suis pas un grand voyageur… mais je crois que j'aime bien l'idée du voyage fantasmé.

Une autre obsession, ce sont les systèmes de construction, c'est peut-être mon coté un peu plus mathématique qui ressurgit ou le fait d'avoir trop joué au Lego. Il y a quelque chose d'un peu magique dans l'assemblage pièces par pièces. Il y a la question de l'inventaire, le processus de construction en lui-même, le mouvement, la coordination des éléments. À penser et représenter, c'est très riche, il y a plein de choses à exploiter.

Les réseaux de Jeremy :
http://www.jeremyperrodeau.com/index.html
http://jeremy-perrodeau.tumblr.com/

 
Dimanche