DSC_0202 (1).jpg

JEU CONCOURS 1

Jeu concours PAPIER Magazine N5

 

« couleur » mars 2018

 
 
 

Le but de notre travail et de ce concours est de promouvoir
l'art de l'illustration ainsi que les artistes.
Papier Magazine N5 sortira en mars, en collaboration
avec le cabinet parisien de tendances Carlin.
Il est le premier numéro à être ouvert aux soumissions publiques. Tout le monde peut participer.

 

LES GAGNANTS :

 

La première place revient à l'artiste,

Alexandre Luu

Alexandre vit et travaille à Paris. Il dessine depuis tout petit en recopiant des images de Dragon Ball. "Je crois que je dessine parce que ça fait quelque chose à mon cerveau et que je ne suis pas doué pour grand chose d’autre."

En ce moment, sa production tourne essentiellement autour des photos de voyage et de vacances trouvées sur Instagram et Tinder.  certains éléments sont isolés, et reproduis soit tel quel, soit en les recomposant avec d’autres images afin de créer un dialogue entre les différents motifs. Certaines fois, des images personnelles sont ajoutées. Le résultat est parfois absurde, parfois plus poétique ou mélancolique, mais toujours inattendu.

Ses sources d’inspiration sont multiples, mais on peut souvent retrouver des clins d’oeils aux Rückenfiguren (figures de dos) de Caspar David Friedrich et aux piscines de David Hockney.

@luu.alexandre

 

 

 

 
Alex Luu 006.jpg
Alex Luu 001.jpg
 
Alex Luu 002.jpg
Alex Luu 007.jpg
VILLATAYN1-final-web.jpg

La seconde place revient aux artistes,

Klima

KLIMA est la rencontre entre Sarah Espeute, fondatrice de l'atelier d'impression Riso Presto et Léa Bigot, graphiste indépendante issue du monde de la mode. C'est avant tout une amitié forte avec une passion débordante pour les objets et l'art du XXème. Jonglant entre l'illustration et le design d'objet, KLIMA est un espace d'expérimentation sans limite. Le duo imagine des intérieurs avec des ambiances singulières dans lesquelles prennent vie toutes sortes d'objets, sculptures, tapis, vases, peintures... Klima est voué à aller plus loin et à dépasser l'illustration en donnant vie et matière aux objets. Faite de pièces uniques et de petites séries, KLIMA prépare sa première collection d'objets d'intérieur fabriqués par elles-mêmes ou par des artisans.

@klima_interieurs
klima-interieurs.com

8-Artboard-18-80.jpg
5-naturemorte-80.jpg
DEHORS-min.jpg

 

La troisième place revient à l'artiste,

Christel Voefflay

Christel Voeffray est une artiste et illustratrice suisse. 
Après sa formation en design graphique à l’ECAV en Suisse ainsi qu’une année à l’UQAM à Montréal, elle obtient le diplôme de bachelier en arts plastiques, visuels et de l’espace, spécialisation dessin, à l’ERG à Bruxelles où elle commence sa pratique de la gravure. Elle passe sa 3e année de bachelor à Mexico City en échange international et y découvre la céramique qu’elle intègre à son travail en réalisant des installations sculpturales. Elle s’inspire d’un riche parcours qui lui a fait découvrir divers environnement culturels. Elle fait principalement du dessin et répète inlassablement (ou presque) un même personnage énigmatique. Elle essaie, au travers de sa représentation, de créer une réflexion sur des sentiments ou idées, sur quelqu’un(e-s), quelque chose, bref, allégorie diverses d’un vaste monde.
Elle fait partie du Facteur, collectif d’artistes hétéroclite.
 

christelvoeffray.ch
instagram.com/chrirche
christelvoeffray.tumblr.com"

 

 
christe_avecentrain_low.jpg
souvenir_rose.jpg
tumblr_ok4robJ0ED1sj2dvgo1_1280.jpg
tumblr_oxr7uvJkod1sj2dvgo1_1280.jpg
 
26153972_176282763103799_1496416431842000896_n.jpg

La quatrième place revient à l'artiste

Debora Szpilman

Debora Szpilman est une illustratrice et Print designer indépendante basée à Paris. Née au Brésil, son travail mélange la féminité, le corps, la nature et l’émotionnel. 

Diplômée en Architecture à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, sa fascination entre le corps et l’esthétique lui fait entreprendre des études de mode. Elle finit Major de sa Promotion au Studio Berçot. 

Après avoir travaillée 2 ans aux côtés d’Azzedine Alaïa, elle continue aujourd’huid’explorer sa sensibilité et ses sentiments à travers ses illustrations.

@deboraszpilman

 

La cinquième place revient à l'artiste 

Emma Bertin

Emma Bertin est née à Paris en 1995. Étudiante à l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence, sa pratique s'articule principalement autour du dessin et de l’édition. Passionnée par l’illustration, elle passe deux années consécutives le concours des Arts Décoratifs de Strasbourg, pour marcher sur les pas de ses idoles, mais échoue lamentablement à l’oral. Pas abattue, mais secouée, elle décide d’effectuer un voyage initiatique en Dordogne afin de se recentrer. Mais elle n’a pas le temps de voir grandir sa bambouseraie, elle a un diplôme à passer.Ainsi, elle poursuit sa pratique de dessins aux aspects souvent narratifs, teintés d’humour, parfois envisagés comme des jeux, tout en laissant une place importante à la composition et à la recherche des couleurs. Elle puise ses références en partie dans la bande-dessinée, la littérature jeunesse et le dessin absurde.

En 2017, elle réalise une carte commandée par l’atelier JP Ollier (broderies pour la haute-couture), à Paris. La même année, elle est invitée par le collectif Nicole Crême, à exposer des sérigraphies lors de l’évènement d’éditions «Vendetta» à Marseille. Elle participe également au festival de la bande-dessinée à Aix-en-Provence comme assistante au montage des expositions d’auteurs comme Pierre la Police, Jakob Hinrichs, et Nine Antico. En 2016, elle co-imprime les couvertures de la revue d’illustration et de bande-dessinée «Gouffre».

En 2018, plus déterminée que jamais à poursuivre dans le monde de l’illustration, elle cède alors son exploitation de bambous à un élève de 1ère année, lui-même rongé par le doute.

www.majbertin.tumblr.com
@
Emmabertin

tumblr_p2cltmEjpo1ts0hs7o1_1280.jpg